Voici un article proposé par nos membres, et que nous vous invitons à commenter.

Afin d’éviter tout débordement, les commentaires sont filtrés le plus rapidement possible.

Si vous êtes membres : cette page est à vous.

Pour animer cette partie du site, il vous suffit d’envoyer votre prose (2000 caractères maximum par article) à ecolodurbuy@gmail.com

Cet article doit évidemment suivre la ligne écologique, sociale et éthique du parti. Dès son approbation, il sera publié.

 

Tourisme de masse : quel après covid 19 ? (1)

 

1. Les congés payés à l’origine du tourisme de masse

Les congés payés, victoire ouvrière, base de la société des loisirs.
Jusqu’au covid-19, nous vivions de façon intensive et insouciante la « société des loisirs » qui nous était promise depuis les années soixante, après l’expo universelle de 1958, vitrine ouverte de la future société de consommation. En ce qui concerne le Tourisme, c’est juste après-guerre -suite à la loi d’avant guerre (27 juin 1936) sur les congés payés- que le « Tourisme social » a vu le jour. Car il fallait permettre à tous les travailleurs qui le souhaitaient, un lieu de vacances, dans un pays en mal d’infrastructures et d’offre touristique.

Du « Tourisme social »…

Et le Commissariat Général au Tourisme, déjà, accorda des subventions très importantes aux mutuelles, associations touristiques syndicales, et associatives pour la création des premiers « Centres de Tourisme social ». Le tourisme de masse était lancé et créé : il est même devenu un droit. Le marché privé s’est adapté (Tour opérateurs, agences de voyages, attractions touristiques,…) et a, à son tour, offert des produits concurrentiels, « low-cost », bon marché. Les vols vers les stations et villes touristiques ensoleillées…étrangères, coupées de l’arrière pays, autocentrées sur les seuls envies du client, étaient nées.

…Au « Tourisme de l’encombrement ».

L’arrivée de la plate-forme de distribution AirBnB, associée aux vols low-cost sont la cause principale du « Tourisme de l’encombrement » subi par les habitants de Venise, Barcelone, Prague, et autres destinations très prisées. Présence massive de touristes, fuite les habitants, fermeture les commerces de proximité, vie au rythme des seuls touristes : situation que les autorités ont été obligées de réguler, malgré eux.

Eric Jurdant
Conseiller communal
Formateur en Tourisme

 

Prochain article : Le tourisme de masse à Durbuy : bref état des lieux.

 

Nous contacter

Une réaction à cet article ?

Une question ?

Une suggestion ?

Une demande d’info ? 

Ce formulaire est là pour cela ! 

1 + 12 =

Share This